Categories:

Hadashi no Gén (Barefoot Gén) est un manga japonais qui raconte l’histoire d’un garçon, Gén, qui se trouve à Hiroshima lorsque la ville est détruite par la bombe atomique le 6 août 1945. Le manga a été créé par Keiji Nakazawa et est basé sur ses propres expériences en tant que survivant de la bombe atomique d’Hiroshima. Ici, nous revenons sur l’expérience que l’auteur raconte dans l’ouvrage sans oublier de faire une brève fixation sur le parcours de l’ouvrage.

Hiroshima à travers les yeux de Barefoot Gén

Tout comme Gén, Keiji Nakazawa était un écolier à Hiroshima en août 1945. L’histoire commence en 1945 à Hiroshima où Gen, âgé de six ans, vit avec sa famille. La mère de Gén est enceinte au moment de l’explosion de la bombe atomique. Gen vient d’arriver à l’école lorsque la bombe explose. Protégé par un mur, il survit et se précipite chez lui à travers la ville détruite, témoin de nombreuses scènes horribles de mort, de destruction et de souffrance sur son chemin.

Lorsqu’il rentre chez lui, il découvre que son père, son frère et sa sœur sont enterrés vivants sous les ruines de leur maison. Sa mère est dans la rue, prête à tout pour les aider, mais Gen et elle ne parviennent pas à les libérer avant qu’ils ne soient consumés par les flammes. La série suit alors le destin de Gén qui survit aux conséquences immédiates du bombardement et lutte pour construire un nouvel avenir pour lui, sa mère et un jeune garçon qu’ils adoptent dans leur famille.

Le parcourt de l’ouvrage

Barefoot Gén faire suite a d’autre histoire qui on permit a l’auteur Keiji Nakazawa de relater différemment sont expérience de bombardement. Il s’agit notamment de Kuroi Ame ni Utarete (frappé par la pluie noire), portait sur les survivants de la bombe atomique d’Hiroshima et Ore wa Mita (I Saw It).

Barefoot Gén a été remarquable non seulement pour le récit graphique, mais aussi pour ses critiques du militarisme japonais et de la propagande de guerre. Cette tendance a été marquée particulièrement dans le premier tome de la série de dix volumes. En effet, l’enfant y découvre un père arrêté et battu pour avoir exprimé des sentiments antiguerre, ce qui aura forgé ses propres convictions pour la suite.

En fin, notons que cet ouvrage fut le premier manga à être traduire en anglais. Plusieurs versions cinématographiques ont également été réalisées.

Tags:

Comments are closed

Calendrier des articles
juin 2021
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
La toute première série TV

C’est en 1946 que la BBC diffuse pour la première fois dans le monde une série télévisée. La série portait le nom de Pinwright’s Progress et n’a durée qu’une année.

Les produits dérivés arrivent de partout